BanBagsFRA/ENG Les modèles POKATI et TAMADA ont été créés à Bangkok au sein du cabinet de design Osisu de Singh Intrachooto. Ils sont fabriqués à la main en Thaïlande à partir de matériaux recyclés (principalement du polyéthylène et des coupures de magazines… japonais). GALERIE PHOTO

BagsPokati DescriptionPok     POK

BagsTamada    DescriptionTam
TAM

CarreORG    CarreBLC   CarreNOIR

ShopMikado

DESCRIPTION DU PRODUIT

Au fait, savez-vous ce que cela signifie « Pokati » en thaï ? Eh bien, ça veut dire « normal ». Un autre mot, proche de « Pokati » en thaï : « Tamada », qui signifie également « normal » mais dans le sens « ordinaire ». « Pokati » et « Tamada », deux modèles « coup de cœur » tirés de la collection « Bags » d’Osisu.
Deux sacs à mains issus du monde normal, de l’ordinaire, métamorphosés en lumineux objets de désir par la grâce de l’écoconception.

Trio PokTrio Tam

Comme le veut l’usage en Thaïlande, « Pokati » et « Tamada » ont droit à des diminutifs (bien que cet usage s’applique davantage aux personnes qu’aux sacs).
« Pok » pour « Pokati ». Facile à s’en souvenir : « Pok » comme « pocket », car « Pok » a une pochette zippée devant.
« Tam » pour « Tamada ». Encore plus simple pour s’en souvenir : quand c’est pas « Pok » avec sa pochette zippée devant, c’est donc « Tam », sans pochette, plus petit, plus carré, mais avec ses anses fines et sa fermeture à patte-bouton pression.


Pourquoi je les aime ces deux-là ? Parce qu’ils sont beaux. Euh ! Non, ce n’est pas un argument, je vous l’accorde. Trop subjectif. Alors, parce qu’ils sont « design ». Oui, là, c’est certain, ils proviennent du cabinet Osisu, fondé par Singh Intrachooto. C’est le fruit d’une équipe de créateurs chevronnés. Mais encore ? Ces sacs à mains sont pratiques. Tout à fait vrai ! Grâce à leur revêtement en polyéthylène (à la fois épais et souple), ils ne craignent pas grand-chose. Enfin, chaque sac à mains est unique. C’est une évidence : leurs motifs proviennent d’un assemblage minutieux (forcément à la main) de bandelettes de magazines ou de journaux. Les Japonophones auront reconnu sans mal sur ces coupures de presse écrite les kanjis et les kanas de l’écriture japonaise qui confèrent aux sacs ce côté… japonisant ! C’est un parti pris. D’autant que les magazines japonais ne manquent pas en Thaïlande (et puis « Pokati » et « Tamada », ç’a un p’tit côté nippon, n’est-ce pas ?). Mais ça peut aussi marcher avec les journaux indiens, russes, péruviens ou… français. Tiens ! oui, une idée comme une autre pour que vos magazines préférés accèdent à une seconde vie, n’est-ce pas ? Carrément bouddhiste. Et tellement thaï. Du cycle de vie des hommes au cycle de vie des matériaux, il n’y a qu’un pas, une empreinte, une griffe. Celle d’Osisu.

Sunisa, pour Osisubag

2 commentaires pour

  1. marie dit :

    Séduisants et insolites, ces sacs attirent le regard. J’aime beaucoup le côté fouillis organisé et chic.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s